Jean Valles

Totalement gonzo

Bio

Étant donné que c’est moi qui rédige ma bio, je vais vous la faire à la première personne.

Si j’aime à dire que je suis né en 1968, ce n’est pas vrai. Enfant, j’ai été gêné en découvrant que ma date de naissance 69 symbolisait une position sexuelle. Je me suis vieilli d’une année pour synchroniser ma vie avec une révolte. Adolescent, je m’accommode plutôt bien de ce 69, jusqu’à devenir un expert du geste. Mais j’ai toujours gardé 68, préférant m’identifier à un Che Guevara du Quartier latin plutôt qu’à un homme avec la tête dans le cul. Quoiqu’aujourd’hui, j’ai souvent le cul dans la tête. On peut donc se mentir, mais on ne se refait pas. Conçu en 68, j’ai commencé ma vie dans les effluves de pneus cramés, de marijuana et de bière, balloté entre père et mère au pas de course, je suis passé d’une paire de testicules au bidon d’une enragée de Nanterre. Des débuts clandestins arrachés à quelques parties de sexe, drogue and rock’n’roll, évitant les coups de pavés et de matraques sous les cris du peuple qui jouit, je me suis frayé un chemin. Gavé de mots et privé d’images, j’ai vite trouvé refuge et nourriture dans la lecture et  l’écriture. Ouvrier du texte, j’ai développé ma négritude en travaillant pour le temple du divertissement celui qui a remplacé l’Église dans le lavage de cerveau : la télévision.

Aujourd’hui, je suis un défroqué.

Jean Valles

%d blogueurs aiment cette page :